Rachat de crédit : quels sont les pièges à éviter ?

Toile d'araignée piège

Un rachat de crédit vous permet de profiter d’un nouveau taux d’intérêt et de réajuster vos mensualités en vue d’une gestion budgétaire plus optimale. Cette opération bancaire peut également vous permettre d’obtenir un financement supplémentaire, idéal pour faire face aux dépenses liées à un éventuel nouveau projet. Cependant, il n’est pas facile de tomber sur la bonne offre de regroupement de prêts au moment opportun. Pour ce faire, il est de plus en plus difficile de souscrire un contrat de rachat de crédit avantageux aujourd’hui. Avez-vous envie de faire un regroupement de prêts en toute quiétude ? Pour vous aider dans votre démarche, on a récapitulé quelques risques à prendre en compte au cours de cette procédure. Voici alors les pièges à éviter en rachat de crédit et quelques conseils pour un contrat de regroupement de dettes bénéfique.

➜ Réalisez des Économies grâce à notre Comparateur Gratuit en ligne !

En quoi consiste réellement le rachat de crédit ? 

La meilleure manière de vous mettre effectivement à l’abri des risques liés à la procédure du rachat de crédit est de mieux comprendre le fonctionnement de cette opération bancaire. En effet, cette solution mise en œuvre par les établissements financiers consiste en un regroupement de vos dettes (deux ou plusieurs crédits).

Une fois que vous vous adressez à une banque qui accepte facilement un rachat de crédit, celle-ci s’engage à devenir votre nouvelle créancière après le contrat de financement. Puisqu’à l’issue de l’opération, tous vos prêts qui font l’objet du contrat seront transformés en une seule dette. Vous bénéficiez ainsi d’un taux unique que vous avez le droit de négocier lors de l’opération. 

L’autre implication du regroupement de crédit est que les modalités de remboursement peuvent considérablement changer. Vous pouvez passer de plusieurs mensualités à une seule charge mensuelle. Sans oublier que la durée du remboursement peut être rallongée ou raccourcie selon la valeur de vos revenus et le montant de l’emprunt ou des crédits.

La détermination de la durée du remboursement d’un emprunt peut provoquer un endettement, voire un surendettement au souscripteur. Cette manœuvre assez délicate s’effectue en tenant compte des revenus du foyer et du capital restant dû. 

Le rachat de crédit peut réunir uniquement les prêts immobiliers, uniquement les crédits à la consommation ou combiner les deux catégories de dettes. Ainsi, si vous avez un prêt immobilier, un prêt auto et un prêt à la consommation par exemple, vous pouvez demander à les regrouper en un seul emprunt à rembourser, avec un taux unique.

À lire également :   Rachat de crédit pour seniors en difficulté : comment faire ?

Les principaux pièges à éviter en rachat de crédit 

Trouver des offres de rachat de crédit est devenu un jeu d’enfant aujourd’hui. Grâce à la digitalisation, les recherches sont de plus en plus faciles. Cependant, le marché regorge de pièges qu’il faut connaître afin de ne pas se faire avoir. 

Piège 1 : les durées de remboursement trop longues 

La plupart des emprunteurs qui souhaitent faire racheter leurs dettes n’hésitent pas à exiger une échéance de remboursement plus conséquente. Il est vrai que plus la durée du crédit est longue, plus vous avez la possibilité de réduire le montant des charges mensuelles. Aussi, moins vous payez de mensualités, plus vous gagnez en pouvoir d’achat.

D’ailleurs, il est très fréquent que l’établissement bancaire soit le premier à vous suggérer une offre aussi attirante. Mais attention. Le piège ici est que le rallongement de la durée du paiement des mensualités vous amène à faire des dépenses supplémentaires : vous devriez faire face à un coût total de crédit plus élevé.

Chaque fois que vous payez une mensualité, de nouveaux intérêts sont générés. Ce n’est pas tout. Si vous repoussez le terme du contrat de rachat de crédit, les frais de gestion du dossier peuvent accroître comparativement à un emprunteur qui anticipe cette échéance. 

Piège 2 : les frais bancaires liés à l’opération 

Les frais pouvant découler d’une opération financière sont souvent négligés. Il est vrai que la structure financière ne vous donne pas immédiatement tous les détails à propos de ses services, mais vous devez tenir compte de ces dépenses en choisissant une offre. Ne pensez pas seulement au montant total à rembourser.

Au nombre des dépenses qui incombent à l’emprunteur dans une situation de rachat de crédit, figurent : les frais de dossiers à verser à la nouvelle banque et les pénalités de remboursement anticipé. Ces dernières ne seront payées que si les anciens contrats de prêts prévoient cela.

Le coût de ces formalités peut varier, selon qu’il s’agisse d’un regroupement de crédits immobiliers ou d’un rachat de prêts à la consommation. Même s’il ne s’agit généralement que de quelques centaines d’euros, il est préférable de ne pas se laisser surprendre par ces exigences. Plus encore, lorsque votre situation financière n’est pas des meilleures. 

Piège 3 : l’assurance emprunteur proposée par la banque

En cas de prêt ou de rachat de crédit, l’organisme bancaire qui propose une offre de regroupement peut la faire accompagner d’une proposition d’assurance. La souscription de cette assurance de groupe a l’avantage de vous faire profiter d’une procédure très souple.

À lire également :   Tout savoir sur le rachat de crédit

Cependant, il n’est pas exclu que les modalités proposées dans cette offre soient avantageuses pour vous. Dans ce cas, le mieux à faire est de comparer le service avec les prestations d’une banque concurrente. Au cas où vous l’auriez oublié, l’établissement financier n’a pas le droit de vous imposer son offre en matière de garantie. 

Piège 4 : le nouveau taux d’emprunt 

L’autre aspect très délicat d’une procédure de rachat de crédit est le taux d’emprunt. Vous devez vous montrer particulièrement attentif en ce qui concerne cet élément du contrat. Gardez à l’esprit qu’il doit y avoir une différence d’indice entre la moyenne des taux des anciennes dettes et le taux de rachat.

Le différentiel à observer est au moins 1 % sans tenir compte de l’assurance. L’idée est de permettre à l’emprunteur de profiter entièrement et pleinement de la consolidation de crédits. 

Bonus : quelques conseils pour le rachat de crédit

La solution la plus efficace pour éviter les pièges présentés ci-dessus est de recourir aux services de courtage. En effet, un courtier dispose de l’expérience et de l’expertise nécessaires pour esquiver les pièges que cache le marché financier. De plus, grâce à ce spécialiste, vous pouvez être sûr de bénéficier de la meilleure offre sur le marché.

Toutefois, évitez de confier votre demande à un courtier n’ayant pas fait ses preuves dans le domaine. Privilégiez les professionnels expérimentés. En dehors d’un accompagnement technique, vous avez également la possibilité de faire recours à la simulation en ligne avant de vous lancer.

D’autre part, si vous êtes fiché FICP à la Banque de France, il vous sera difficile d’obtenir un rachat de crédit.

Lorsque vous faites un rachat de crédit, vérifiez bien que les taux proposés par la banque ou l’organisme financier sont intéressants. Le taux de votre prêt immobilier est-il plus haut actuellement ? Allez-vous payer plus d’intérêts, ou moins ? Faites des calculs et demandez à votre banquier.

➜ Réalisez des Économies grâce à notre Comparateur Gratuit en ligne !

Amandine Carpentier