Quel taux d’assurance de prêt immobilier en fonction de l’âge ?

Signature contrat

Pour l’obtention d’un prêt immobilier, disposer d’une assurance emprunteur est nécessaire. Pour un tel contrat, la banque appliquera un taux qui dépend de plusieurs facteurs. Il s’agit entre autres de l’âge du souscripteur. Notez que pour faire des économies sur le coût de votre assurance, vous pourriez recourir à une délégation d’assurance. Cette couverture vous permet aussi de réduire le montant de votre crédit. Dans tous les cas, il est important de comprendre comment l’âge de l’assuré influence le taux d’assurance de prêt immobilier.

➜ Réalisez des Économies et Réduisez vos Mensualités grâce à notre Comparateur !

Le taux d’assurance emprunteur : comprendre le processus de détermination

L’assurance emprunteur est le contrat qui couvre le souscripteur d’un crédit immobilier. Il reste valable sur toute la durée du prêt. Si ses conditions ne sont pas favorables, il faudra songer à une renégociation d’assurance de prêt immobilier. Dans tous les cas, l’assurance emprunteur offre une garantie de remboursement à votre banque prêteuse en cas d’insolvabilité. C’est la protection qui intervient lorsqu’il y a un décès, une invalidité, une perte d’emploi ou n’importe quelle autre situation donnant lieu à un arrêt de travail.

Au-delà de cette utilité de base, l’assurance emprunteur couvre aussi la famille de l’assuré face aux éventuelles difficultés financières. Lorsque ces situations se présentent, l’assureur se chargera des mensualités de remboursement pour éviter les impayés.

Pour ce qui est du tarif d’assurance de prêt, il faut prendre en compte plusieurs critères. Il s’agit entre autres de l’âge, de la profession du souscripteur, de son état de santé, de son mode de vie, et même de ses loisirs. On exprime ce prix en pourcentage de capital emprunté. C’est le taux annuel effectif d’assurance (TAEA). Il a une influence sur le montant total de l’emprunt et sur les mensualités. 

Mode de calcul du TAEA pour une assurance en délégation

L’assurance en délégation est l’alternative fiable pour obtenir un taux annuel effectif d’assurance plus bas. L’emprunteur dispose alors de deux méthodes pour faire ses calculs.

Le premier moyen, c’est de baser le calcul de la cotisation d’assurance sur le capital initial souscrit. Dans ce cas, la prime ne changera pas tant que le contrat est en cours. De façon générale, ce mode de calcul s’applique aux contrats collectifs disposant de conditions standards.

À lire aussi :   Garantie d'un prêt immobilier : le guide explicatif

Le deuxième moyen pour déterminer la prime, c’est de considérer comme base le capital restant dû. Dans ce cas, la prime sera dégressive. Elle sera donc plus élevée en début de contrat qu’à la fin. Si vous souscrivez auprès d’une compagnie indépendante, c’est ce mécanisme qui vous sera proposé. D’ailleurs, cela avantage plus l’assuré sur le plan financier.

Incidence de l’âge de l’emprunteur sur le taux d’assurance

Différentes générations

Les banques peuvent accorder un prêt immobilier professionnel, ou même à la consommation, à n’importe qui. Toutefois, pour les personnes âgées, le risque d’impayés est plus élevé. C’est pour cette raison que le prêteur exige souvent une assurance de crédit. L’obtention d’une telle attestation sera plus difficile pour une personne âgée. En effet, ce profil d’assuré risque plus un décès qu’un assuré plus jeune.

Outre le risque de décès, il est admis que le risque de maladies incurables ou invalidantes est généralement élevé en fonction de l’âge. Cela peut ainsi conduire l’assuré à une perte d’autonomie. D’un autre côté, un jeune emprunteur pourra trouver des alternatives pour faire face aux mensualités de remboursement même lorsqu’il n’est pas en bonne santé financière. 

C’est à cause de tous ces éléments que l’âge de l’emprunteur reste déterminant pour le TAEA, les exclusions, les garanties et toutes les autres modalités du contrat. Par exemple, pour un assuré de 30 ans soumis à un taux donné, on peut s’attendre à un taux trois fois plus élevé pour un assuré de 60 ans. D’un autre côté, l’âge motivera aussi la décision de l’assureur. Ce dernier peut décider d’accorder ou non l’assurance au demandeur.

Pour aller plus loin, les bases établies par les autorités indiquent que le TAEA augmente de 0,5 % à 0,6 % du capital emprunté à partir de 60 ans. Pour un emprunteur de 70 ans et plus, ce taux atteindra 1,5 % et plus du capital emprunté. Par contre, un jeune emprunteur n’aura à faire face qu’à un taux variant entre 0,15 % et 0,3 %.

Faire un prêt immobilier après 50 ans : les bons réflexes

Même si vos chances d’obtenir un prêt sont assez limitées à cet âge, la loi reste favorable pour vous. De plus, les organismes de prêt sont aujourd’hui contraints de composer avec des seniors. En cela, il n’est pas rare de voir des seniors de 60 ou de 65 ans obtenir des crédits pour leurs projets immobiliers

Toutefois, lorsque vous sollicitez un crédit immobilier d’un montant élevé, il sera plus difficile de l’obtenir. Cela se comprend si l’on considère plusieurs paramètres, notamment la durée importante qu’il faudra pour le remboursement. Vous convenez bien que l’espérance de vie d’un senior n’est pas forcément aussi élevée que celle d’un jeune. 

À lire aussi :   Comment résilier une assurance de crédit consommation ?

Après 50 ans, c’est généralement le moment où beaucoup de fonctionnaires partent à la retraite. Autrement dit, ils n’auront pas forcément des revenus aussi importants que perçus auparavant. Or, le revenu est un facteur déterminant qui aide la banque à évaluer votre capacité de remboursement. De plus, sans la verdeur, il sera difficile pour l’emprunteur de trouver des alternatives pour faire face aux mensualités de remboursement en cas de besoin.

Toutefois, en dépit de tous ces désavantages, le senior peut user d’astuces pour obtenir facilement un prêt immobilier. Il peut, par exemple, jouer sur l’apport personnel. L’épargne constituée tout au long de sa carrière peut lui être utile ici. Outre cela, le senior peut convenir avec la banque d’un nantissement.

Cela lui permettra alors de récupérer son dû au moment opportun. Le senior peut alors mettre à contribution, un autre bien immobilier, un contrat d’assurance vie, un patrimoine professionnel. S’il dispose d’un portefeuille de placements, c’est encore mieux.

Il ne faut cependant pas perdre de vue le risque, avec cette option de demande de prêt. En cas de défaut de remboursement, l’emprunteur peut saisir le bien mis en gage. La dernière solution qui s’offre à un emprunteur de plus de 50 ans, c’est de recourir à un proche solvable. Ce dernier portera alors la caution pour lui. Il se porte garant en cas de manquement de la part du senior pour le remboursement.

Comme conseil, comparez plusieurs offres d’assurances, quel que soit votre profil d’emprunteur. Demandez donc plusieurs devis afin de faire une bonne évaluation. L’intervention d’un courtier en assurances ne sera pas non plus de trop.

➜ Réalisez des Économies et Réduisez vos Mensualités grâce à notre Comparateur !

Amandine Carpentier